Guy Fawkes Night

07 novembre 2008

Les événements sont assez rares ici à Manchester. Oui d'accord, les anglais font la fête tous les soirs, mais il y a peu de jours fériés ou de fêtes précises.
Mercredi soir pourtant, le 5 novembre, a eu lieu la nuit annuelle de Guy Fawkes (Guy Fawkes Night, Bonfire Night ou encore Fireworks Night). Je vous le dit d'emblée, je n'y suis pas allé. Ça en fera rire certain(e)s, mais étant très chargé par le travail - fin de la première période de cours ainsi que la préparation d'une réunion pour mon travail le lendemain -, je n'ai pas pu me le permettre. Bref, ce soir par contre je glandouille donc je vais vous raconter qui était ce bonhomme.

Un peu d'histoire...
Bon, brodons un tout petit peu le contexte (un peu d'histoire, ça fait du bien aussi !). Tandis qu'à la fin du XVIème siècle, les guerres de religion font rage en France (les huit guerres, le massacre de la saint Barthélémy,... ça ne vous dit rien ? Jetez un oeil ici), Elisabeth Ière - reine d'Angleterre, soutient les protestants tandis que le roi d'Espagne - Philippe II, finance lui les mouvements catholiques. Ils utilisent ainsi la France pour se chamailler avant d'en venir vraiment à se tirer dessus entre 1585 et 1604 lors de la guerre anglo-espagnole.

En Angleterre, Elyzabeth Ière meurt en 1602, et un certain James I lui succède, dont on reprochait alors l'intolérance vis à vis des catholiques et des puritains. Il était partisan de l'absolutisme et y a même consacré un livre : "The true Law of free monarchies".

Conspiration des poudres
En janvier 1604 eut lieu la conférence d'Hampton Court, réunissant James I et des représentants de l'Eglise anglaise (y compris des puritains). Il fut clair qu'à l'issue de celle-ci, le catholicisme ne serait pas reconnu en Angleterre : James I a décidé dans sa folie absolutiste de renforcer son pouvoir en prenant le contrôle de l'Eglise, persécutant ainsi les catholiques et les puritains.
Pour les recusants catholiques l'Espagne, ruinée et en plein dans la guerre de Quatre-Vingt ans (soulèvement des provinces unies contre la monarchie Espagnole) ne pouvait leur venir en aide. Ils ont donc monté une conspiration, baptisée Conspiration des poudres visant à faire exploser le palais de Westminster avec 670kg de poudre lors de la cérémonie d'ouverture du Parlement.

Mais que vient faire ce Guy Fawkes dans l'histoire ?
Lui, il est né de famille protestante mais décide assez jeune de se convertir au catholicisme. Il s'engage en tant que soldat dans l'armée espagnole... et y apprend pas mal de choses sur les explosifs. Il prend même la version espagnole de son prénom, Guido.
Revenons à notre conspiration des poudres. Guido Fawkes était le récusant censé mettre le feu aux poudres (littéralement !), mais il fut dénoncé par l'un des conspirateurs.
S'ensuivit un procès à Westminster Hall, où il fut condamné à être pendu, étripé puis coupé en morceaux. Mais d'après wikipedia, il aurait réussi à s'échapper brièvement de son bourreau avant de se briser le cou et de finalement mourir "seulement" pendu. Quelle chance !

Bon, maintenant que vous connaissez l'histoire de Guy Fawkes, vous comprenez pourquoi on célèbre ici sa nuit par des feux d'artifices ! Ce que je trouve le plus surprenant dans tout ça, c'est que la plupart des Anglais célèbrent non pas la tentative de Fawkes, mais son échec ! Eh oui, ils brûlent des poupées Guy Fawkes sur des bûchers ! Autre fait amusant (que je n'ai pas pu vérifier par moi même), il paraît que dans les jours qui précèdent le 5 novembre, les enfants se baladent dans les rues avec des poupées à l'effigie de Guy Fawkes et demandent "One penny for the Guy" (un pence pour le 'Guy') pour payer leurs feux d'artifice ^^.
J'ai réussi à récupérer quelques photos de l'événement via facebook et internet :
























Le saviez vous ?


Guy Fawkes semble être finalement assez présent dans la culture anglaise. Ainsi, si vous connaissez la BD ou le film V pour Vendetta, le masque de V est inspiré de son visage (sisi, la moustache un peu !).

Fin du mois... la hantise des factures !

03 novembre 2008







Ce matin, avec mon cher coloc', nous ouvrons le courrier avant de sortir. Fin du mois oblige, les factures d'électricité, d'internet et de loyer nous tendent les bras... Petit récit de notre première rencontre.






Aujourd'hui, c'est l'heure de payer ce premier mois et demi de vie trépidante et plutôt active au Royaume Uni. C'est parti ; Franck qui a reçu un mail doit payer internet - il faut passer à la banque. Tiens, ouvrons le courrier voir si d'autres factures ont pointé le bout de leur nez !
Instants d'anxiétés, notre 'postbox' nous présente à de nouveaux rapaces : le loyer et l'électricité, nommés respectivement 'Manchester Studenthomes' et 'Eon'.

Manch Std, pas de surprise le prix est fixe : ~£689 à deux, ce qui donne à peu de choses près 460€ chacun.
Aïe, c'est vrai qu'en y réfléchissant c'est quand même le double de mon appartement d'Evry. C'est cher, mais à y repenser les autres logements étudiants du coin s'élèvent aux alentours de £360 par mois par personne - soit 435€ environ -. A comparer les apparts', y'a pa photos le notre est quand même "gavé" classe (expression Bordelaise !).

Bref, passons. M'dame BT, qui nous fourni internet si difficilement acquis, nous 'offre' ses tarifs pour £90 le premier mois à diviser par quatre, soit ~29€ (ouf, vive la coloc' ! On partage le net entre Niçois/Romain, Skip/Pierre, Dante/Franck et moi). Ce premier mois comprend en fait £50 de 'deposit', qui devrait nous être remboursé un jour ou l'autre. Peut être. Le reste, c'est le tarif que l'on paie par mois pour l'illimité : £40 soit ~12,50€ par personne.
On constatera quand même qu'en France on se plaint, mais c'est quand même pas mal l'illimité en fibre pour 30€. Heureusement qu'on atténue les prix avec une colocation.

Enfin pour le pire, Eon nous mord les doigts avec ses 3 chiffres avant la virgule. £113 depuis le 16 septembre pour... gloups, 807 kWh ! Franck et moi n'en revenons pas. On réfléchit : chauffage (~1,5kW), four (2,5kW), plaques (1kW), lave linge (3kW),... chauffage électrique douche - on n'est pas relié au ballon d'eau chaude, il y a un appareil qui chauffe l'eau indépendamment - (9,5kW). Ah !
Petit calcul : 15 min de douche chacun, ca nous fait ~15h de douche par mois, soit presque 150kWh dans le mois pour la seule douche !
Sachant que la consommation moyenne annuelle d'un habitant en France est d'environ 1200 kWh hors chauffage, même avec la consommation de notre douche on a un peu de mal à comprendre comment on a atteint de tels sommets.
En fouillant encore un peu plus, on a réussi à obtenir le graphique de notre consommation par rapport aux anciens locataires :

On consomme a priori moins qu'eux. Avec Franck, on en conclue donc à une isolation vraiment mauvaise de l'appart combinée à un système vraiment merdique de chauffage sous la douche. De plus, Skip et Niçois sont à 570 kWh pour ce mois. C'est carrément moins, mais c'est toujours très haut. Ah j'allais oublier de préciser les tarifs de notre ami Eon et de les comparer à EDF.

  • EDF (heures pleines) : de 0,11€ à 0,13€
  • Eon : 0,30€ pour les 106 premiers kWh puis 0,13€ par la suite

Ouaip, la différence de prix est pas flagrante... mais l'inconvénient - frustrant ! - est qu'on n'a pas d'heures creuses (0,06€ chez EDF).

Ce premier bilan est donc plutôt maussade : oui, les bières sont moins chères, mais aïe aïe aïe pour les factures !
Premier mois : ~530€ pour l'appartement seulement. Je ne vais pas vous faire le bilan plus personnel consacré aux sorties et à la nourriture, mais une chose est sûre on va commencer à faire attention. Les dépenses sont beaucoup plus importantes ici !

Petite histoire de bière et de système métrique...

29 octobre 2008

Article de Virginie Malingre entièrement récupéré du site lemonde.fr.


Depuis quelques jours, les Britanniques sont appelés à se prononcer sur un sujet qui manifestement fait polémique : l'introduction d'une nouvelle mesure de bière, le deux tiers de pinte. Ils ont jusqu'au 1er janvier 2009 pour donner leur avis au Laboratoire national des poids et mesures (National Weights and Measures Laboratory, NWML), l'organisme public qui gère le système de mesure du Royaume hérité de l'empire britannique.

La sacro-sainte pinte - 0,568 litre - a été légalisée en 1698. Pour le Daily Telegraph, ce deux tiers de pinte que veut introduire le NWML marquerait "la fin de 300 ans d'histoire". Ni plus, ni moins. "Ce serait la première fois depuis que Guillaume III, prince d'Orange, était sur le trône (1650-1702) qu'on pourrait boire une dose si inhabituelle", écrit le quotidien dans son édition du 23 octobre. C'est indéniable puisque cette quantité n'a pas droit de vie aujourd'hui, et qu'il faudrait une loi pour le lui donner. Mais c'est exagéré dans la mesure où le législateur britannique s'est montré fort libéral au XXe siècle en autorisant la demi-pinte et le tiers de pinte.

Les pubs ont demandé au NWML de créer cette nouvelle mesure impériale pour les aider, alors qu'ils assistent, impuissants, à une baisse de leur fréquentation qui s'accompagne d'un recul de la consommation. Chaque jour, cinq d'entre eux doivent mettre la clef sous la porte, alors que les Britanniques, de plus en plus casaniers, préfèrent acheter leur bière en supermarchés pour la boire à la maison. "Il ne fait aucun doute que les pubs font face à des difficultés majeures et le moindre détail peut venir en aide", estime la British Beer and Pub Association (BBPA), qui dit représenter 98 % de la bière brassée et plus de la moitié des 58 000 débits de boisson britanniques. La BBPA pense notamment que les femmes pourraient être séduites par le deux tiers de pinte, alors que la clientèle traditionnelle du pub est très masculine.

Un argument qui inquiète les associations qui luttent contre l'alcoolisme. Et soulève leur opposition au projet de la NWML. L'une d'entre elles, Alcohol Concern, juge ainsi que "cela pourrait permettre de mettre sur le marché des bières pour femmes. Nous avons déjà vu les brasseurs tenter de sortir d'un marché exclusivement masculin".

A l'autre extrême, l'association Campaign for Real Ale (Camra) vient de déposer auprès du gouvernement une pétition de plus de 20 000 signatures demandant à ce que les pintes de bière soient remplies à ras bord. "Dans une pinte sur quatre, il manque 5 % de bière", dénonce l'organisme. Un crime de lèse-majesté.
Scandaleux ! Que serait l'Angleterre sans ses pintes ? C'est quand même une tradition, une coutume... l'histoire de ce pays, pas touche !
Alors déjà oui, ici la bière est toujours servie sous forme de pinte, à moins de demander une "half" (mais ça fait vraiment petit à côté des autres !). Ce qui est assez surprenant, c'est que les pintes sont toujours (ou presque d'après Camra) remplie à ras bord, au point d'en mettre partout lorsqu'on la ramène à la table. M'enfin, ça n'a pas l'air de gêner plus que ça :).
Et en effet, la pinte d'ici n'est pas un demi-litre comme on pourrait le croire, mais quasiment 600mL (à voir sur un verre doseur c'est plus 600 que les 560 évoqués dans l'article). A £1.30 la pinte (le moins cher qu'on ait trouvé, dans notre pub étudiant !) soit environ 1,65€, on ne se plaint pas !

Pub crawl

26 octobre 2008

Notre (Franck et moi) premier vrai 'social event' s'est déroulé hier soir. Il était organisé par le club de Jujitsu que j'ai rejoint la semaine dernière, et malheureusement j'ai été assez idiot pour oublier mon appareil photo... heureusement, via Facebook j'ai pu récupérer quelques photos de la soirée ;) !

It is not a pub crawl !
Bon, d'entrée de jeu on nous a prévenu, ce n'est pas un barathon mais un "déplacement en groupe organisé de pub en pub". Ca annoncait la couleur. Mardi soir, à la suite de mon premier cours, nous suivions le groupe de jujitsuka at 'the pub'. J'avais compris que samedi soir, il y aurait un genre de délire avec des porte-jartelles mais bon, pas trop sûr de moi.
Hier soir j'ai compris : quelques uns portaient un haut de costume (noeud pap', chemise et le tralala), et en bas... un genre de culotte à la Minnie Mouse avec des porte jartelles et des chaussures... à talon :).

One mon, two mons, three mons ?!
D'entrée de jeu, chacun donne £10 au senseï (le maître, oui il était là aussi). Il commande la première tournée, et pendant ce temps là on nous explique les règles du premier jeu à boire :
Au Jujitsu si j'ai bien compris, quand on passe une ceinture on peut avoir des 'étoiles', c'est à dire en gros des mentions qui se nomment 'mon'. On peut avoir jusqu'à trois mons.
Le principe était repris ici en jeu à boire ;

  • Un mon si on boit la pinte cul sec,
  • Deux mons si on la boit cul sec sans les mains
  • Trois mons si on la boit cul sec sur un pied sur une chaise avec la jambe gauche tenue dans la main droite.
Il ne nous en fallait pas plus, Franck et moi avons tenté les trois mons... on a échoué à à peine un dixième : perte d'équilibre + bière glacée. Arf ouais on n'a pas assuré, mais on est allé plus loin que la plupart :P.

Pour la deuxième tournée, le même principe a été repris mais en modifiant un peu :
  • un mon s'obtenait maintenant en buvant cul sec sans les mains,
  • deux sur un pied etc...
  • trois comme le second mais sans les mains (à se faire aider par quelqu'un du coup ^^).
On a tenté les deux cette fois, mais là la bière était vraiment degueu (à la framboise... je crois) et puis bon, ca faisait déjà 1,5L de bière dans le bide, dur dur de tenir sur une chaise avec un pied ! Bref oui on a encore échoué.



Franck et Adam !




Franck avec Al !



Let's go to the pub !!!
Puis, après quelques menues bières, mouvement au second pub. Un peu moins 'british', plus genre où on peut boire mais aussi danser. On boit (des trucs bizarres, ça sentait l'amande mais paraît que c'était de la pomme...), on parle (enfin, on essaie de se faire comprendre !), on se fait des potes !

De gauche à droite : Paula, Ian, Helen et Al




U wanna danse ?
Et enfin dernière étape, le nightclub. On ne pensait pas finir là bas, mais on s'éclate avec tout le monde, on se fait des contacts ; on y va !
Super sympa, les gens dansent partout, le jujitsuka dansent ensemble, on fait parti du groupe. Ca fait vraiment du bien de voir des nouvelles têtes et de savoir qu'on les reverra la semaine d'après. La soirée se finit vers 3h sur un Bohemian Rhapsody pour calmer la transe générale. Trop bon, tout le monde chante les bras dessus dessous en ronde et en plus je connais les paroles (héhé, ça se la pète !).

Voici notre Senseï, sur la gauche, suivi du Sud Africain (petit ami de Paula dont j'ai oublié le nom), Jessy, Swiss et James



Moi, Sarah, Al, Helen, Adam, le Sud Africain et Franck





Go back home
On prend le chemin du retour avec le Senseï, Sain une fille du jujitsu avec qui on a sympathisé et Adam, un nouveau pote qui a un accent vraiment atroce. Pour ma part j'ai plutôt sympathisé avec 'Aldrick', 'Dave', 'Lynda', 'Adam' et 'James' mais ça n'est pas leur direction. On apprend qu'un membre du club s'est pris un coup de poing, on ne sait pas trop ce qu'il est devenu mais on suppose qu'il a su se défendre... Et Franck découvre qu'il a perdu sa carte SIM française (oui, on a chacun deux cartes SIM, une française et une anglaise). Relou, mais la soirée était tellement bonne que ça n'affecte en rien la bonne humeur. La pluie à verse non plus d'ailleurs !
Petit arrêt à la case 'Kebab', Franck se retrouve (encore) avec un truc bien immonde qui dégouline de partout, moi je ne prend rien. On cherche un peu sur le chemin du retour la carte SIM de Franck, mais avec cette pluie, la nuit le froid et l'alcool peu de chance qu'on trouve quelque chose. Tant pis, on se couche à 4h15.

Epilogue
C'était vraiment une soirée mémorable. Probablement la meilleure depuis mon arrivée, manquait plus que Niçois et Skip. D'ailleurs on a invité quelques Anglais à venir manger à l'appart' dans deux semaines pour leur faire découvrir la 'French food' ! Ca va être difficile avec ce qu'il y a ici, mais la copine de Franck, Claire passe quelques jours à Manchester la semaine prochaine. Elle devrait ramener du Ricard ; si ça c'est pas franchouillard :) !

Printworks et soirées

24 octobre 2008

Ah, enfin un peu de réalité sur ce blog, les sorties du soir.

Fresher's week

Tout a commencé la première semaine juste avant le début des cours, c'était la Fresher week (semaine d'intégration des nouveaux étudiants, les freshers). Toute la semaine il y avait des animations - manifs devant l'école de médecine pour dénoncer l'assassinat d'animaux, socialistes, communistes et autres côtes à côtes lors de stands devant l'immeuble du Student Union (rappel : équivalent du BdE - second rappel : BdE ~ Bureau des Elèves -) etc -, et pour la clore, un "bal" le samedi soir.

Bon, il s'est avéré que c'était plus un genre de fête forraine avec plein de concerts et d'attractions qu'autre chose, mais c'était vraiment une ambiance sympa (sisi, des manèges avec des machins qui volent et tout ! Super sympa quand on a un peu bu o_O) !

Printworks
Trop tenté de vous raconter tout ça en images, j'ai emmené mon appareil photo... en boîte, et oui. Non, n'essayez pas d'imaginer les gens qui me regardaient avec un drôle d'air lorsque le flash éclairait toute la salle, voici simplement nos sorties en images !

L'entrée du printworks (la rue est couverte !) :



En boîte !



Petites habitudes

Bon, il apparaît que ma carte graphique a daigné me laisser atteindre mon bureau, je vais pouvoir raconter un petit peu de mes habitudes qui se sont peu à peu installées ici.

L'épisode Internet
Après s'être un petit peu battu, nous l'avons enfin obtenu. Ici, l'équivalent de france telecom est... british telecom, ou BT pour les intimes. Ils étaient censés nous livrer la BT box le vendredi 10 octobre, mais l'incapacité du livreur à utiliser un interphone ainsi que deux numéros de téléphone anglais fixe et mobile a retardé l'arrivée d'une semaine. Etant rentré en France pour revoir ma petite chérie jusqu'au lundi, je n'ai finalement pu avoir accès au net qu'à partir du début de cette semaine.
Mais ! Ne suffisant pas, mon portable a décidé de jouer des siennes en me pourrissant l'affichage. Et là, ce soir, surprise il marche (probablement un problème de mémoire graphique qui a dû cramer...). Ne rachetant un portable qu'à mon prochain retour express en France, je n'aurai un nouveau portable que d'ici trois semaines et demi, donc d'avance désolé pour mon manque de nouvelles.


Mes cours
Bon, me voilà enfin bien installé. Tout d'abord, les cours. Il faut savoir qu'ici ça marche par un genre d'unités. En tout je dois prendre 6 'matières' réparties tout au long de l'année combinées à un projet de recherche qui débute à partir de février. Chaque matière est une session qui dure six semaines, à raison d'une journée de cours par semaine (donc six jours de cours par matière). Oui, ça fait peut.
Alors voilà comment mon année est répartie : durant les 12 premières semaines, j'ai deux + deux matières (deux pour les six premières, deux pour les six suivantes), et à partir de février, une + une matière.
Pour simplifier si vous n'avez pas suivi :), j'ai deux jours de cours par semaine jusqu'à décembre, et après mes vacances je n'aurai plus qu'un jour par semaine (ajouté au projet de recherche).

Oui, c'est peu, c'est ridicule même, mais on a du boulot en dehors et combiné à mon télétravail à mi temps ainsi que les autres activités, le temps passe plutôt vite.

Mes activités
Pour m'occuper un peu, j'ai choisi le sport. Après de longues années passées sans judo, Franck m'a convaincu de me mettre au jujitsu. Et maintenant j'en suis, et j'attend mon gi (ici on dit 'gi', kimono c'est pour désigner les vêtements en général en Japonais) pour la prochaine séance.
En plus de 4h de jujitsu par semaine, je fais aussi 4h de badminton, ça détend et ça aide à sociabiliser - le jujitsu aussi, mais donner des coups dans la tronche n'est pas toujours le meilleur moyen ^^ -.
Et puis bon, n'oublions pas les traditionnels pubs ! C'est un vrai centre de socialisation tellement les prix sont bas par rapport à la France (c'est vrai, quand on y repense il est rare qu'on se retrouve dans un café à Paris, ici c'est une habitude). On s'est fait pas mal de connaissances comme ça ; d'ailleurs notre prochain rendez vous est samedi soir, devant 'the pub' pour un barathon "déplacement de pub en pub".

Keskon mange ?
Alors tout d'abord, non ce n'est pas une légende, la nourriture est assez immonde ici. Alors qu'est ce qu'on se fait à manger ? Principalement des pâtes et du riz (ça doit être universel pour tout les étudiants au monde ça), mais... sans gruyère ici c'est du cheddar, et je préfère ne rien mettre dedans plutôt que ça ! Mais à par ça on s'achète aussi des poêlées (qu'ils font bouillir et qui sont assez affreuses, mais bon c'est des légumes ça se mange), des genre de croustibat et de la viande hâchée pour bolognaise que l'on congèle. Et ma dernière trouvaille qui me rappelle mon enfance, les 'English muffins'. Je dois avouer que ces trucs là, c'est vraiment bon. Par contre le grille pain manque donc on se les fait au four :) ! Ajouté à du nutella ou du beurre, miam ^^.
Mais surtout pour ma maman qui s'inquiète du fait que je sois soi-disant maigre, voici ce que mon super colloc' me prépare :































L'anniversaire du Niçois, préparation de la dinde !


Les cannelés ont été fait par Franck lui même, je ne crois pas en avoir mangé d'aussi bons !


Et enfin, la tarte au citron de Franck qu'il a faite ce soir même.



Quelques difficultés techniques

23 octobre 2008

Ce blog pourrait paraître à l'abandon depuis un mois... Il ne l'est pas ! En fait, je rencontre pas mal de soucis pour d'une part avoir internet (chose faite depuis enfin 3 jours), d'autre part faire marcher mon portable.
Eh oui, depuis quelques jours la carte graphique merdouille à fond, ce qui veut dire que je n'ai plus d'affichage. J'ai pu contourner le problème ce soir, mais j'ai très mal aux yeux :/.

Bref tout ça pour dire que je n'oublie pas de vous donner des nouvelles, j'en ai surtout peu les moyens. Je vous tiens au courant dès que je serai parvenu à sauver mon portable ou lorsque j'en aurai acheté un nouveau (pas avant 3 semaines).

Ce que je peux dire en attendant, c'est que les cours sont assez faciles pour notre niveau et qu'on a seulement 2 jours de cours par semaine (!!!). Même si le reste de la semaine on travaille sur des projets, le temps libre est bien présent :). Du coup je me suis mis au badminton ainsi qu'au jujitsu ! C'est sympa, je me fais des connaissances et je m'éclate bien !

Voilà, j'espère faire ressusciter mon portable d'ici quelques jours mais j'y crois peu, je pense devoir en acheter un nouveau >_<...

Living in Manchester

21 septembre 2008



Voilà quatre jours que j'ai mis pied en terre Mancunienne. J'ai eu un peu de mal à trouver des accès internet, et ils étaient de plus très bref. Du coup, en attendant d'avoir enfin une vraie connexion je rédige cet article de chez moi.

Si je devais donner une caractéristique à cette ville après seulement quatre jours passés ici, je dirai « international ». C'est incroyable de voir le nombre de pays et de cultures différents ! J'ai pu parler à des Norvégiens, des Chinoises, des Indiens, un Algérien... des Français ! Et sûrement encore plus dont je ne savais pas la provenance de mon interlocuteur.

Les communautés qui priment ici, sont avant tout Indienne et Chinoise. Ils sont vraiment nombreux. C'est assez marrant de voir que le pourcentage mondial semble se retrouver dans une si petite ville. D'ailleurs, pour représenter un peu l'Université, il faut s'imaginer une route principale, Oxford Road, tracée du nord au sud. L'ensemble des bâtiments s'étend sur toute cette rue. A l'extrême nord, on trouve le quartier chinois, et au sud évidemment le quartier indien ! Nous sommes, moi et mes collocs', à environ dix minutes à l'est d'Oxford Road. On a d'ailleurs pas mal de chance, notre bâtiment (School of Computer Science) se trouve au plus près de nous par rapport à Oxford Road (en gros, si on trace une perpendiculaire à Oxford Road qui passe par notre résidence, notre département est situé sur l'angle droit ^^).


Voilà pour le contexte géographique. Au niveau social, il faut prendre en compte deux entités étudiantes : le Student Union, et l'International Society.

En France chaque école d'ingénieur a un BdE, Bureau des Elèves, qui s'occupe de lier les étudiants aux entreprises et à l'administration (plus concrètement à organiser à peu près légalement des soirées...). Ici, c'est le Student Union qui s'occupe de ça.

L'international Society correspond plus à une association de personnes étrangères au Royaume Uni qui font des excursions toursitiques d'une journée chaque week end de l'année. Par exemple, on peut trouver des voyages de découverte de York un samedi, d'Oxford le lendemain à des tarifs très réduits et tout compris (entre £10 et £20 le plus souvent).

Ah oui, je me dois aussi de préciser que l'on est 35000 étudiants (ça fait beaucoup de zéros !) pour 3000 nouveaux arrivants cette année !


Enfin, sur un plan plus comparatif, ici les choses sont assez similaires à la France, mais des petites choses changent et perturbent pas mal quand on essaie de s'y retrouver. La difficulté se trouve d'abord dans la langue (hyper frustrant de ne pas réussir à se faire comprendre !) ; on se rend compte que ça a quand même énormément d'impact sur des petits trucs. Par exemple, ici ils utilisent des cartes de crédits (credit cards), mais aussi des cartes de débits (debit cards) – ne me demandez pas la différence, je sais juste que debit c'est mieux :) -. Evidemment, en bon Français je n'ai qu'une carte de crédit, et quand au supermarché du coin on vous demande avec un superbe accent Mancunien si vous avez bien une debit card, en général on fait attention au « ...it card ? », et on répond oui... Heureusement que mon colloc' avait du cash -_- ! Bref, la seconde grosse difficulté c'est le tout à gauche. C'est vraiment violent, on est sans cesse perturbé. Regarder à droite puis à gauche est hyper difficile quand on est un tant soit peu Parisien... Et on nous a dit qu'il y a eu plusieurs morts dans les dernières années suite à cela. Bref, faut faire gaffe !


Enfin, j'ai un peu remis à jour mon album photo Picasa, il était un peu maigre ! Je redonne le lien :

Album Picasa

Visite de mon appartement

19 septembre 2008

Enfin, voici une premiere video de mon appartement avec une petite visite guidee !

video

Voici le lien de mon album Picasa pour visionner les quelques photos deja prises !

J+2

18 septembre 2008

Me voila finalement a Manchester. J'ai enfin pu avoir un acces internet apres avoir ouvert mon compte informatique, ce qui va me permettre de donner de (breves) nouvelles en qwerty - ouch desole pour les accents! -.
Alors ici c'est quand meme un peu different... Ils roulent a gauche, mangent de la viande bouillie uniquement (la galere pour trouver un steak hache ! Pour le moment on s'en tient aux croustibats ^^ !). Bref il faut s'adapter !
J'aimerai mettre des photos, mais evidemment je n'ai pas le cable sur moi qui me permette de les uploader sur le blog. Pour resumer, disons que j'ai un appartement gigantesque avec mon coloc', qu'on est pas trop trop loin du centre ville - disons vingt bonnes minutes a pied, £0.90 en bus -, et a dix minutes de l'Universite.


Bon evidemment j'ai pas trop de temps et je ne pourrai pas en dire plus, un 'Campus Tour' m'attend ! On va dire qu'a J+2 on est quand meme assez avance au niveau installation et qu'il nous manque surtout le net.

Plus de nouvelles et des photos au prochain article !

J-5

11 septembre 2008

13h13, jeudi midi. J-5.

Ça y est, j'ouvre enfin mon blog promis. Son but ? M'éviter d'envoyer des mails de nouvelles à tout le monde toutes les deux semaines et de me faire enguirlander si j'oublie quelqu'un dans les contacts... Non je plaisante évidemment :) ! Ce blog, c'est un peu mon carnet de voyage, j'y écrirai avant tout pour ceux qui veulent savoir ce que je deviens mes aventures, des conseils pour d'éventuels futurs expatriés, et pour moi aussi !

Donnons un peu le contexte :
J'entre en dernière année d'école d'ingénieurs, rubrique informatique. L'année dernière, j'ai choisi de passer une année en Angleterre, et plus précisément à Manchester (bon d'accord, j'y ai un peu été forcé après avoir été recalé à Oxford, mais c'était mon deuxième choix !). L'année universitaire anglaise débute le 22 septembre. Il me reste donc 11 jours avant cette journée qui signifie tant.
Je pars pour un an. Pas plus, pas moins. Là bas, les vacances sont regroupées en deux blocs : trois semaines vers fin décembre - début janvier, puis trois autres vers le mois d'avril - mai. Je ne verrai en théorie ma famille (pour la majorité, vous donc !) que durant ces deux périodes. En théorie car il se peut que je vous voie plus.
Ajoutons au contexte cet événement qui a un peu modifié la donne à mon enthousiasme inattaquable de l'abordage Anglo-saxon ; j'ai rencontré Marjorie mi mars (six mois déjà, ça passe vite !), et depuis on ne se quitte plus. Difficile de partir le lendemain de nos six mois après trois mois passés à vivre pleinement ensemble ! J'ai donc décidé de reparaître en France à peu près une fois par mois. Raison donc, de l'emploi du mot théorie ! On ne sait jamais, peut être passerai-je en coup de vent au cours de l'un de ces retours sur le continent.

Voilà donc pour le contexte traditionnel. Maintenant, au niveau des préparatifs.
Je pars en collocation avec mon meilleur ami du moment, Franck alias Dante, lui aussi en école d'ingé avec moi à l'ensiie (Ecole Nationale Supérieure d'Informatique pour l'Industrie et l'Entreprise by the way). Mais avec nous deux, deux autres amis : Romain (alias Niçois) et Pierre Skip (pseudo provenant de son activité favorite : la voile, il est scout marin et moniteur de voile). Ces deux là seront nos voisins de palier, et on risque de vraiment s'éclater tous.
Concernant les préparatifs en France, je pense m'être vraiment bien débrouillé avec ma banque ; j'ai obtenu un compte international gratuitement (i.e. pas de frais lors d'un paiement avec ma carte bancaire, virements internationaux gratuits, etc.). Ça va me permettre de ne pas avoir à ouvrir de compte en Angleterre, qui sont très chers.
En Angleterre, Franck est lui aussi assez motivé comme bonhomme, et n'a pas chômé. Il nous a trouvé un appartement vraiment pas cher (à deux, on paie 688£ soit ~430€/mois chacun) en plein centre et à deux pas de l'université. Voyez plutôt :


Agrandir le plan

Sachant que l'Université est située sur Oxford Road.

Bon il me reste encore beaucoup à dire, mais ça viendra avec les jours suivants, ce premier article est déjà bien assez long !